L’univers du drone est situé aux frontières de l’informatique, de l’électronique, de l’aéronautique et de la photographie. Autant d’univers très techniques dont je vais tenter de vous en expliquer les bases en quelques termes clés.

  • Le types de drones aériens

    que l’on peut être amené à utiliser sont principalement regroupés selon 2 catégories : les multi-rotors ou les ailes volantes. Parmi les multi-rotors on va retrouver les quad-copters (4 moteurs), les hexa-copters (6 moteurs) et les octo-copters (8 moteurs) pour ne citer que les principaux.  La plus grande problématique du drone est le poids. Dronotique exploite pour le moment un quad-copter, l’Alfonce X500 capable de transporter un charge d’environ 1kg pour un poids à vide de 1,5kg. Les ailes volantes permettent de traiter des surfaces beaucoup plus importantes, au détriment d’une mise en œuvre plus complexe.

  • Les orthophotographies

    sont des photos « vue du dessus » de la surface de la Terre, la plupart du temps géo référencées. Il s’agit du type de vue que vous utilisez lorsque vous activez le rendu « satellite » dans votre GPS routier.

  • La photogrammétrie

    qui est la technique qui permet, à partir d’une série de photographie, en 2 dimensions donc, d’un même sujet,  de reconstituer une scène en 3D. Cela permet la production de modèles numériques de surface ou la modélisation en 3D d’objets. Voici le lien vers la page Wikipédia qui traite du sujet.

  • Les Modèles Numériques de Surface (MNS)

    sont une représentation graphique en 3D de la surface de votre terrain. Contrairement au Modèle Numérique de Terrain (MNT), le MNS prend en compte la végétation et les constructions existantes.

  • La photo 360°

    permet de créer des photos panoramiques à 360° dans tous les sens. On utilise là aussi un assemblage de plusieurs photo d’une même scène. Cependant les techniques de prise de vue et de post-traitement diffèrent totalement.

  • La photographie multispectrale

    ajoute le proche infrarouge au spectre lumineux. Le niveau de réflexion de cette partie du spectre lumineux par les plantes est un indicateur de bonne santé du végétal. Cette technique peut être associée à la photogrammétrie ou à l’orthophotographie, afin d’obtenir des cartes détaillées et géo-référencées de la santé de champs entiers.

  • La thermophotographie 

    utilise une autre partie de bande du spectre Infrarouge, ce qui nécessite des capteurs coûteux. Ces capteurs permettent de prendre des photos colorées en fonction de la chaleur de chaque point. Dronotique a fait le choix de ne pas acheter un tel capteur, mais peut en louer un selon vos besoins.

Fermer le menu